mercredi 20 mai 2015

Tornade, Jennifer Brown emporte tout sur son passage


C'est un jour comme un autre pour Jersey. Sa mère et sa fantasque petite sœur Marine partent pour le cours de danse. Encore à elle la corvée de préparer le dîner. Quand sa vie bascule en quelques secondes : une tornade d'une violence exceptionnelle dévaste tout sur son passage, les maisons, les arbres, les routes, les gens. C'est une vision de cauchemar, des voisins blessés et traumatisés errent dans la rue jonchée de gravats et de débris. Réfugiée au sous-sol, Jersey a beau appeler et appeler encore sur le portable de sa mère, impossible de la joindre…

~

Je n'arrive plus à respirer. J'en ai encore le souffle coupé. Je viens de refermer cette Tornade qui m'a emportée, ravagée, détruite, et j'ai un besoin immédiat de déverser tout ce que j'ai sur le cœur. Croyez-moi, j'en ai des trucs à déballer. Parce que cette claque monumentale, je l'avais pas vue venir. Et je me la suis prise de plein fouet. Parce que Tornade porte merveilleusement bien son titre et emporte tout sur son passage, nous avec. Alors, accrochez-vous ou laissez-vous emporter par le tourbillon. Dans les deux cas, vous vous en prendrez plein la gueule et comme moi, vous n'en sortirez pas indemne.

C'est la première fois que je lis Jennifer Brown, et au départ, j'étais très attirée par son fameux Hate List, qui traite le sujet très délicat des fusillades dans les écoles américaines. En déboulant en librairie, Tornade a fait nettement moins de bruit, mais la très belle chronique de Saefiel m'avait donné envie de découvrir ce roman sur un sujet également très américain : les tornades. Les tornades, c'est un peu monnaie courante aux États-Unis, à tel point que ça en devient hélas « banal ». On se dit : « Ah tiens, encore une tornade aux States ». Un peu comme les fusillades dans les écoles, vous voyez. Tristement banal. Du coup, on a tendance à minimiser l'horreur de ces catastrophes et, bien à l'abri dans notre petite contrée hexagonale, on se dit : « Oh mon Dieu, c'est terrible » devant les images de désolation, tout en se resservant une part de tarte aux poireaux. Bref. Tout ça pour dire qu'en ouvrant Tornade, je m'attendais à lire un truc pas très joyeux, mais pas à me prendre une baffe comme celle qui m'a décollé la tête. Parce que la tornade, cette fois, on la vit de l'intérieur, on se la prend de plein fouet, sans s'attendre à une telle puissance dévastatrice. Comme nous, Jersey ne s'y attend pas non plus. Dans le Midwest, où elle vit avec sa mère, sa petite sœur et son beau-père, la météo change du tout au tout en quelques instants, et elle a l'habitude des alertes, des tempêtes, et tout le tralala. Alors, une alerte de plus… Pourquoi s'inquiéter ? Sauf que voilà, cette tornade n'a rien d'ordinaire, et qu'en quelques minutes, elle détruit, écrase, rase tout sur son passage. Et broie la vie de Jersey en un instant, lui arrache tout ce à quoi elle tenait : sa famille, son toit, ses affaires, son école… Tout. Il ne reste rien. Il ne lui reste rien.


Putain, quelle puissance ! J'ai été secouée par la description de la tornade, par l'horreur, la soudaineté et la force incroyable de ce tourbillon impitoyable. J'en étais toute crispée de tension, l'estomac noué, les doigts blancs tellement je serrais le bouquin. On voit souvent des images de maisons détruites, d'arbres déracinés, tout ça, mais on ne peut pas se rendre compte. Or, avec Jersey, on entr'aperçoit le chaos dans lequel elle s'éveille après la catastrophe. Sa maison, sens dessus dessous, éventrée, qu'elle ne reconnaît plus. Tous ses souvenirs, envolés, brisés, réduits à l'état de détritus. Sa famille, ses amis, disparus. Plus d'électricité, plus de réseau téléphonique, pas de moyen de savoir si ses proches vont bien, s'ils sont en vie. Et les secours qui n'arrivent pas, bloqués par l'encombrement des ruines. Je pensais avec une grande naïveté que les rescapés étaient de suite pris en charge par les secours ou des organismes de charité, mais non. Ils sont livrés à eux-mêmes pendant plusieurs jours. C'est l'horreur, tout simplement. Après la catastrophe, Jersey ne sait même pas par où commencer, ni quoi faire. Comment est-ce qu'on recommence à vivre quand on a tout perdu ? Jersey est en état de choc, hagarde, abasourdie, incrédule. J'aurais pu être gênée par cette distance qui se dégage d'elle, comme je l'avais reproché au Si je reste de Gayle Forman qui ne m'avait pas touchée pour cette raison. Mais Jersey a beau être anesthésiée par le choc, elle reste submergée par l'émotion, envahie par la peur et l'angoisse la plus terrible, et j'ai eu envie de la serrer dans mes bras. Alors qu'elle a tout perdu, elle continue d'avancer, à tous petits pas. 

Mais le pire, c'est que l'horreur ne s'arrête pas là, et si le résumé présent sur le site de l'éditeur et les sites de vente en ligne en dit bien trop (c'est pourquoi j'ai repris celui de la quatrième de couverture, bien plus succint) et que je n'en dévoilerai pas plus, sachez seulement que vous n'êtes pas au bout de vos peines. J'ai sincèrement cru que j'allais crever de rage et de désespoir aux côtés de Jersey, ballotée de lieu en lieu, malmenée par ceux qui la recueillent et que j'ai eu envie de trucider sur place. Dans sa vie faite de ruines, Jersey m'a fait vivre un tourbillon d'émotions qui m'a retournée comme une chaussette. J'ai frissonné, j'ai senti mon estomac se révulser, la rage bouillonner dans mes veines, les larmes me monter aux yeux… Mais si je me suis accrochée à Jersey comme à un cerf-volant balloté par la tempête, mon cœur a été volé par sa petite sœur, Marine. Les souvenirs qui effleurent la mémoire de Jersey après la tempête m'ont à la fois attendrie et bouleversée, et j'ai fondu devant la petite Marine, adorable dans ses justaucorps à paillettes et avec son sac à trésors. J'ai adoré ce petit personnage plein de vie et de candeur. Hélas, on ne peut pas en dire autant de tous les personnages, car certains m'ont donné de véritables envies de meurtre. Comme quoi la bassesse humaine n'a pas de limites. Jennifer Brown nous offre une palette de personnages superbement fouillés, qu'ils soient bons ou mauvais, ou un peu des deux (coucou Ronnie, je t'ai pas pardonné), mais qui nous prennent aux tripes pour ne jamais nous lâcher.


Bref, avec Tornade, Jennifer Brown nous emporte dans un vortex d'émotions d'une violence inouïe, inattendue et qui nous dévaste, entièrement, totalement. Après avoir répandu les miettes de mon petit cœur brisé, je tiens ainsi à remercier Saefiel, grâce à qui j'ai gagné le livre. Merci, Sae chou, tu avais tellement raison à propos de ce bouquin. Tornade est un roman magnifique, tonitruant et d'une force incroyable, qui m'a laissée à la fin comme orpheline, et que j'ai refermé les larmes aux yeux, le cœur en ruines.

Tornade, Jennifer Brown.
Albin Michel, collection Wiz, 2015, 288 pages.

21 commentaires:

  1. Wow. Quel avis ! Je dois avouer m'être prise une réelle claque avec Hate list et avoir fini le livre le souffle coupé...J'imagine l'effet que ce livre doit produire *O* Je vais tenter de me lle procurer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Dune ! Oh c'est vrai ? Je sens que Hate List est un sacré morceau aussi, et tu me donnes encore plus envie de me jeter dessus maintenant, car je pense que Tornade n'a rien à lui envier... J'espère que tu l'aimeras autant, du coup !

      Supprimer
  2. Wow ta chronique est merveilleuse mon petit lapin en sucre <3 Je suis vraiment contente que ce soit toi qui ait gagné ce livre, surtout quand je vois à quel point il t'a touchée. C'était important pour moi aussi en fait. C'est un peu le genre de livre qu'on aime faire lire aux copines et savoir que, elles aussi, elles ont été bouleversées !

    Bref THE roman quoi :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non mais trop, c'est ZE roman ! Si je m'attendais à ce qu'il soit d'une telle puissance... Pfeuuuuh, j'étais loin du compte ! Mais merci, MERCI Sae, c'est grâce à toi, tu peux pas savoir le cadeau que tu m'as fait avec Tornade. Et je comprends tellement, j'ai trop envie que les copines le lisent aussi, mais elles ont intérêt à kiffer leur mère, sinon, punition !

      Supprimer
  3. Moi aussi j'ai découvert ce roman chez Saefiel et il me tente depuis... Et tu n'arranges pas avec cette superbe chronique ♥
    Hate List est également dans ma wish (depuis tellement longtemps), je sens qu'il faudrait que je craque rapidement pour Jennifer Brown ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Saefiel, la tentatrice, héhéhé. Roh, j'espère que tu vas te laisser tenter, Alice, c'est une sacrée pépite ! Et j'ai super envie de craquer pour Hate List aussi, du coup. :)

      Supprimer
  4. Mother of God. Je crois qu'il faut que je le lise, alors, hein ? L'est dans ma PAL, en plus. Mais j'y tiens, moi, à mon p'tit cœur T.T

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois bien que tu es obligée, voui. Pas le choix. Surtout quand il est dans ta PAL et qu'il te tend ses petits bras : "Aime-moiiiii, Bouch !" Tu vas voir, ton coeur va être tout brisé mais en même temps tout plein d'amour et d'émotion. AAAAH, LIS-LE, FLÛTE.

      Supprimer
  5. Waoo, quelle chronique. "Hate List", m'avait vraiment bouleversé. Je pense, après avoir lu ta chronique, que Tornade me fera la même chose. J'ai très envie de le lire, et il me tarde de découvrir ce roman dont tu fais un magnifique éloge :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, j'en suis ravie, j'espère que tu aimeras autant que Hate List ! J'ai hâte de lire celui-là, pour ma part, je sens que ça va être encore plein d'émotions... :)

      Supprimer
  6. Ton gif de la fin, il me fait trop peur -_-

    J'ai apprécié ce roman, mais j'ai clairement été moins touchée que toi.
    SPOILER (pour les gens qui l'auraient pas encore lu) :
    Sérieux, le passage chez la famille de dingos de son père, j'ai trouvé ça tooooo much et un peu cliché (bienvenue dans la vie horrible de Cendrillon) !! A part ce passage à mon sens totalement raté, j'ai beaucoup aimé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as vu ! Il est vraiment inquiétant...
      Oh flûte, c'est dommage que tu aies été moins touchée... Cela dit, je comprends pour la scène dont tu parles, c'est vrai que c'est un peu too much, mais perso, ça ne m'a pas dérangée, car je sais que ce genre de famille existe, hélas.

      Supprimer
    2. *Ignore ta dernière phrase et continue de vivre dans mon monde de Bisounours où tout le monde il est gentil*

      Supprimer
  7. Je découvre ce roman grâce à ta chronique et tu m'as convaincu je vais le lire. Je ne sais pas si ce sera une tornade d'émotions pour moi puisque j'ai un cœur de pierre par moment, mais je vais tenter. Merci <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super, Yezahel, je suis trop ravie que tu te laisses séduire ! J'espère que Tornade te plaira, et je croise les doigts ! (En espérant que ton coeur de pierre se laissera conquérir ^^)

      Supprimer
  8. NOM DE DIEU! Kevane me l'a offert pour mon anniversaire, il faut que je me bouge pour le lire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. SORS-LE TOUT DE SUITE DE TA PAL NOM D'UN ZGORG ! Tu vas voir, tu vas remercier Kevane pour le reste de ta life. <3

      Supprimer
  9. Coucou, merci pour la rencontre aux Imaginales. :) Je découvre grâce à cela ton blog que je n'avais jamais vu! Et qu'est ce qu'il est beau (Émerveillé) Tornade est une lecture qui me tente énormément, d'autant que j'avais beaucoup aimé Hate List. Je viendrais lire ton tag géant pour faire plus ample connaissance. (Comme j'ai vagabonder pour me renseigner sur tout le monde, je n'ai échangé que très rapidement) A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Blondineeette ! :D C'était chouette, ça m'a fait très plaisir aussi de te rencontrer ! Oh, si tu as beaucoup aimé Hate List, je te conseille Tornade, je n'ai pas lu le premier mais tous les gens qui ont lu Tornade ont adoré. Donc toi aussi, tu verras. Bises et à bientôt !

      Supprimer
  10. Oulala quel avis ! Tu me donne très enviede le découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ton service ! :) J'espère vraiment que tu lui donneras une chance !

      Supprimer